• Accueil
  • Le mag
  • Peaux Hyperréactives - Qu’est-ce qu’une peau sensible, hyperréactive ?

La peau « sensible » est une notion large et fréquente : plus de 70% des femmes et environ 30% des hommes considèrent avoir une « peau sensible ». Dans cette série d'articles, notre dermatologue Toni Ionesco répondra à toutes vos questions sur les peaux sensibles, hyperréactives.

QU’EST-CE QU’UNE PEAU SENSIBLE, HYPERRÉACTIVE ?

TOLEDERM-CONTROL-ARTICLE1

La notion de peau sensible se définit par une réactivité de la peau exagérée, manifestée par des picotements, de l’inconfort, parfois des rougeurs, en réponse à des facteurs externes tels que les cosmétiques, ou à des facteurs internes tels que le stress ou les modifications hormonales.

Cette notion de peau « sensible » est souvent associée à de nombreux autres qualificatifs :

  • peau « réactive »
  • peau « hyperréactive »
  • peau « irritable »
  • peau « intolérante »
  • peau « irritée »
  • peau « hypersensible »
  • peau « ultra-sensible »

Nous devons avant tout souligner qu’une « sensibilité cutanée » est souvent retrouvée dans le cadre d’un problème de la peau.

Par exemple : 

  • la couperose/la rosacée : sensibilité de la peau associée à des rougeurs, à des sensations de brûlure, etc.
  • la peau sèche à tendance atopique ici nous allons trouver une certaine sécheresse de la peau, des rougeurs, ainsi qu'une sensibilité aux cosmétiques, à la poussière, etc.,
  • ou encore la dermite séborrhéique : association de squames du visage, de rougeurs et d'une sensibilité.


Dans toute autre catégorie se trouvent les peaux sensibles dites « réactives » ou « hyperréactives » qui se définissent par l’apparition plutôt de picotements, de « fourmillements », ou d’échauffements, de démangeaisons, parfois même des rougeurs, qui sont dus à des facteurs externes/physiques : comme la radiation ultraviolette, le chaud extrême, le froid extrême, ou à des facteurs chimiques : cosmétiques non adaptés, des savons qui sont trop détergents, la pollution, ou une sensibilité déclenchée par des facteurs internes plutôt psychologiques, notamment comme le stress ou des facteurs hormonaux.

< Retour aux articles